La Face cachée de notre société

“Il est dit qu’aucun arbre ne peut pousser jusqu’au paradis sans plonger ses racines jusqu’aux profondeurs de l’enfer” Carl Gustav JUNG

Les signes cachés de notre société
Références

Les signes cachés dans notre société

Lorsque que l’on prend du recul et que l’on essaye de regarder le but de l’étrange symbolisme trouvé pendant nos fêtes occidentales – par exemple, pourquoi un lapin pond-il des œufs ? –  on commencera à comprendre la manipulation qui se produit à tous les niveaux autour de nous et l’importance occulte de chacune d’entre elles.. Vous verrez que les célébrations ont leur propre rôle à jouer dans le culte occulte de l’ancien dieu païen Nimrod et de la déesse Sémiramis.

Les monuments qui nous semblent si familiers ont souvent des symboliques peu connus.

La Tour Eiffel

La Tour Eiffel
Même si nous ne sommes pas certain que Gustave Eiffel ait été Franc-Maçon, on sait que la Tour a été voulue et financée par la Franc-Maçonnerie, afin de répondre de façon spectaculaire à la construction du Sacré-Cœur sur la butte Montmartre, dans une période farouchement anticléricale.
Les 3 étages de la Tour symboliseraient les trois grades du Franc-Maçon : l’apprenti, le compagnon, et le maitre.
« C’est un flambeau en soit. C’est en même temps une pyramide, avec trois degrés. Les trois degrés auxquels les maçons sont sensibles : l’initiation, le compagnonnage et la maîtrise », explique Raphaël Aurillac, auteur du Paris Maçonnique (Dervy).
On retrouve d’ailleurs ces trois grades sur le socle pyramidal à trois niveaux de la Statue de la Liberté Américaine de New York, réalisée par Auguste Bartholdi et du même Gustave Eiffel.

Voir Statue de la Liberté

La statue de la Liberté

Statue de la Liberty - Sémiramis
Sémiramis

Pour monsieur tout le monde, cette Statue symbolise « La Liberté » : Quoi de plus louable.
Sa couronne de rayons représente les 7 mers ou les 7 continents du monde.
La statue présente à ses pieds une chaîne brisée de l’esclavage ce qui symbolise la liberté.
La statue tient une torche dans la main droite : elle illumine le monde.
De l’autre main, elle tiens un livre, ou il est écrit « 4 juillet 1776 », le jour de l’indépendance des États unis.
Autre interprétation possible :
La statue de la Liberté , dessinée par Bartholdi pourrait représenter la reine Sémiramis, reine de la Grande Babylone, ou Sammu-ramat signifiant « paradis extrême », l’épouse de Nimrod,  reine et fondatrice de la grande cité de Babylone.
Nimrod fut le constructeur de la Tour de Babel et aurait été le premier homme à avoir voulu établir un Gouvernement Mondial avec une Religion Universelle en opposition à Dieu.
Dans l’œuvre « History of Freemasonry », publié par la « Maconic History Company », il est écrit que Nimrod a été honoré comme « Grand Macon » et que sa tentative pour construire un « Nouvel Ordre Mondial » lui à valu la distinction de « Premier Grand Maitre ».
Cette hypothèse de la déesse Séminaris est portée par l’appartenance du sculpteur français, Frédéric Auguste Bartholdi, à la Grande Loge Franc-Maçonnique.
Ajoutons que la couronne de la statue possède sept pointes, qui représenteraient les sept continents, dont Nemrod, roi de Babylone, éclairé par l’enseignement des anges déchus, aurait connu l’existence.
On retrouve ce chiffre 7 sur La bête de couleur écarlate à « sept têtes » dans la bible, dans le livre de la Révélation (ou Apocalypse), chapitres 13 et 17, qui représentent « sept montagnes » et « sept rois », ou puissances dirigeantes du système politique mondial (Révélation 13:15).
Babylone la Grande, l’ensemble des fausses religions (la Bible parle d’elle comme d’« une femme » et d’une « grande prostituée »), est assise sur la bête de couleur écarlate.

Le livre de la Révélation, ou Apocalypse : quelle est sa signification : le-livre-de-la-revhttps://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/le-livre-de-la-revelation/

La marque de la Bête :

La bete - ONU - New York
La bête, fruit du mélange d’un félin et d’un aigle, est nommée officiellement  « Le gardien de la paix et de la sécurité internationales », à l’ONU – New York

A  l’heure où des statues de personnages historiques sont abattues en France et ailleurs en occident, le 09 novembre 2021 a été érigée devant le siège de l’ONU de New York une sculpture qui représente une bête étrange, dont la ressemblance avec celle de la Bible ne peut être fortuite.

Extrait de la bible du Nouveau Testament,  livre de l’Apocalypse, chapitre 13 , selon l’apôtre Saint Jean, la bête représente l’Antéchrist qui gouvernera le monde entier pendant les jours de la Grande Tribulation :

2 Et la bête que je vis était semblable à un léopard, et ses pieds étaient comme les pieds d’un ours, et sa gueule comme la gueule d’un lion ; et le dragon lui donna sa puissance, et son siège, et une grande autorité.

4  Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle?  (Apocalypse 13:4)

16  Et il fait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque dans leur main droite ou sur leur front :

17  Et que nul ne pût acheter ou vendre, sauf celui qui avait la marque, ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom.

18  Voici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête : car c’est le nombre d’un homme ; et son nombre est six cent soixante-six.

Un autre verset biblique évoqué par cette statue de l’ONU dédiée à « la paix et la sécurité » vient tout droit d’un avertissement de la fin des temps dans la bible:

1 Thessaloniciens 5:2-3 : « Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. »

Notons que cette bête effrayante a été peinte aux couleurs LGBT. Nous pouvons en conclure que la “Grande Réinitialisation” / « The Great Reset » initié par l’Oligarchie mondiale, le seul droit que les personnes épris de liberté auront, sera de se conformer, ou vous subirez une punition sévère. C’est pourquoi la bête aux couleurs de l’arc-en-ciel qui a été installée aux Nations Unies est une représentation appropriée des mandats oppressifs des temps modernes que nous voyons aujourd’hui. Ajoutons que rien n’est caché par l’Oligarchie, puisque l’un de ces plus illustre représentant, Klaus Schwab, organisateur des forums de Davos, a écrit avec un compère Thierry Malleret, le livre « The Great Reset », sortie en juillet 2020.
COVID-19 Great-Reset – Klaus-Schwab
A l’original à l’écriture un peu indigeste, je préfère en lire l’explication des sous jacents, faite par Eric Verhaeghe :
Le Great Reset : mythes et réalités – Suivi du dictionnaire critique du Great Reset

Que représente la bête sauvage à sept têtes de Révélation chapitre 13 :
https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/revelation-13-bete/

Et qui parle de la Bête de la Bible parle aussi de sa marque sans laquelle personne ne pourra ni acheter ni vendre.

Le vaccin COVID et Passe Sanitaire

La marque de la bête revêt une signification avant tout spirituelle : au delà d’un signe distinctif à la façon d’un tatouage, c’est d’abord l’adhésion au système, à ses idées et à son mode de vie, qui est désigné dans les textes bibliques.

Même s’il est trop restrictif pour représenter la marque de la bête, l’injection Covid est tout de même un acte de soumission au système, comme le bétails qui était marqué par son propriétaire dès les temps anciens.

Le front, c’est l’homme qui pense : la marque au front, c’est l’adhésion par la pensée, aux idées, à la mentalité et aux raisonnements de la société de la bête, c’est à dire de notre société moderne.
Et la main droite, c’est l’adhésion par nos actes.
Même si le texte les dissocie l’un et l’autre, en pratique il est rare de ne pas traduire en actes nos pensées.

Si l’on reprend les commentaires de Holzhauser, mort en 1658, auteur d’une célèbre Interprétation de l’Apocalypse, il nous dit : « tous ceux qui adhèreront à la doctrine de l’Antéchrist devront porter son caractère ».

Il voit comme un « tatouage » imposé de gré ou de force à « ceux qui offriront de l’encens à l’idole de la bête« , et alors « il suffira de la faire voir pour jouir de toute liberté de vendre, d’acheter, de voyager, de vaquer à ses affaires, etc, tandis que ceux qui ne porteront pas ce signe n’oseront pas se produire en public, ni même s’occuper des choses les plus nécessaires à la vie. »

La marque de la bête :
https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/666-signification/

Halloween :

 Nous avons oublié les origines et le sens de nos fêtes car des religions se les sont réappropriées. Halloween par exemple, provient de Samhain, le nouvel an celtique fêté le 31 octobre, juste entre l’équinoxe d’automne et le solstice d’hiver.

Halloween, ou jour des morts au Mexique, est un festival païen célébré le 31 octobre au soir, précédant la Toussaint. Il célèbre l’entrée de l’hiver: le soleil disparaît pour laisser la place au règne de l’obscurité.

Selon les croyances ancestrales, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, la frontière entre le monde des morts et le monde des vivants est ouverte.  L’âme du soleil monte au ciel, elle ne redescendra que quelques semaines plus tard, lors du solstice d’hiver, date à partir de laquelle les jours commencent à rallonger : c’est la renaissance du soleil.
Le 31 octobre, la fête d’halloween, est le Nouvel An du calendrier des satanistes. C’est la fête la plus importante de leur calendrier.
Pour le monde occulte, c’est une période où il est plus facile de communiquer avec les Morts et les démons.
C’est d’ailleurs durant cette nuit-là que des sacrifices humains sont pratiqués par les satanistes. Le but est l’adoration des démons et un apprentissage constant à maudire les gens. Cette fête, habilement présentée comme une manifestation ludique et innocente est donc une banalisation de la sorcellerie. Le nom de cette fête est associé à la veille de la Toussaint. Lorsque les gens célèbrent l’Halloween ils célèbrent et apportent un culte à Satan. Saviez-vous que le soir d’Halloween, les satanistes offre en sacrifice à Satan des enfants illégitimes de couples satanistes ?

Nous vivons actuellement l’ère de l’Antéchrist.

L’Antéchrist n’est pas seulement un homme,  mais un système décrit dans l’Apocalypse sous l’image de deux bêtes (de la mer et de la terre), un système non seulement antichrétien mais aussi entièrement inversé dans ses principes par rapport à la chrétienté.

Il repose sur un matérialisme absolu qui exclut toute nécessité et même toute présence de Dieu, en lui substituant une autre divinité : l’homme. L’homme qui s’est lui-même divinisé en niant les droits de Dieu sur ses créatures (à qui on oppose les droits de l’homme), en modifiant la loi de Dieu, la loi naturelle, selon ses propres désirs grâce à la science toute puissante, et en redéfinissant les vies familiales et sociales basées sur la morale divine chrétienne, en les basant désormais sur une morale luciférienne, par l’exaltation et la normalisation des 7 péchés capitaux ; une des inversions les plus visibles étant les droits LGBT, qui nous font vivre dans un monde où l’on appelle le mal bien et le bien mal, selon la formule d’Isaïe.
L’ensemble forme le système Antéchrist

Références


« La guerre secrète contre les peuples » – Claire Severac

CLAIRE SEVERAC, auteur des best-sellers remarquables « Complot mondial contre la santé » et surtout « La guerre secrète contre les peuples », ouvrages terriblement gênants s’il en est pour le système mafieux en place.
https://www.babelio.com/livres/Severac-La-guerre-secrete-contre-les-peuples/790303

« MK : Abus Rituels et Contrôle Mental » – Alexandre Lebreton

Alexandre Lebreton explore les sujets complexes que sont les abus rituels traumatiques et le contrôle mental qui en découle. Il s’agit d’approfondir la lourde question de la pédocriminalité élitiste, aussi appelée le pédo-satanisme. Comment réagit le cerveau d’un enfant soumis à de telles horreurs ? Comment est-il possible de programmer mentalement un être humain ? Quelles sont les racines de telles pratiques ?

Chroniques du mondialisme 2010-2020 – Pierre Hillard

Pierre Hillard est un essayiste français, docteur en science politique. Spécialiste du « mondialisme », il critique ce qu’il interprète comme un processus technocratique de décomposition des nations et d’unification du monde, passant par la constitution de « grands blocs continentaux ».

https://www.youtube.com/embed/a4qOjtd7WPM https://www.dailymotion.com/embed/video/x2aomky

Les raisons cachées du désordre mondial – Valérie Bugault

Valérie Bugault, est Docteur en droit, ancienne avocate fiscaliste, analyste de géopolitique juridique et économique.
L’analyse juridique, institutionnelle, économique et monétaire faite dans le présent ouvrage, qui considère les évolutions historiques nationales et internationales, permet de saisir la réalité cachée du pouvoir actuel. Derrière le pouvoir politique apparent se profile, dans un jeu d’ombres et de lumières, le véritable pouvoir mondial. Les États sont majoritairement devenus des coquilles vides, dénués de toute légitimité politique, d’autonomie et de souveraineté.

Valérie Bugault :
https://valeriebugault.fr/
Valérie Bugault : de l’empire britannique au globalisme financier

Aaron Russo :
https://odysee.com/AARON-RUSSO-2007-INTERVIEW-VOSTFR

Nouvel Ordre Mondial:le terrible pouvoir de la Franc-maçonnerie
https://michelduchaine.com/2016/10/09/nouvel-ordre-mondialle-terrible-pouvoir-de-la-franc-maconnerie/

Dans l’ombre / In shadow, de Lubomir-Arsov

Voici un court métrage de 2017 très étonnant, assez noir, mais si proche de notre réalité d’aujourd’hui :

Dans l’ombre, une odyssée moderne / In shadow

IN-SHADOW : A Modern Odyssey, c’est donc le titre de ce court métrage indépendant écrit, produit et réalisé de manière autonome par Lubomir Arsov en 2017.
Comme l’auteur l’indique sous la vidéo, celle-ci fut créée à travers de nombreux sacrifices personnels. C’est un appel urgent envers l’humanité à grandir, insiste-t-il. Au regard de la finesse des images et de la durée du rendu (13 minutes), on imagine toute la difficulté d’une telle réalisation quasi solitaire.

Portrait sombre et satirique du monde industriel moderne, ou encore de la mondialisation triomphante, le court métrage puise abondamment dans les symboles de très nombreux combats militants depuis la condition animale dans l’élevage jusqu’à la chasse aux réseaux pédocriminels en passant par l’objectification des femmes et de l’humain dans son ensemble. Plus d’une quarantaines de sujets sont couverts, parfois très discrètement. Rien n’y manque, ou presque. Le résultat est simplement grandiose, tout comme la musique “Age of Wake” de Starward Projections bien qu’anxiogène.

On serait presque tenté de finir misanthrope et sous anti-dépresseur après quelques minutes de vidéo, mais ce serait une erreur ! Car si cette simple vidéo peut sembler violente, elle n’est rien comparé à la souffrance réelle d’individus à travers le monde.
L’auteur nous rappelle cependant que nous avons le devoir d’évoluer, de nous élever, de lutter contre toutes les formes d’obscurantisme et d’oppression pour ériger, un jour on l’espère, un monde serein. Loin d’être qu’une énième critique, c’est une invitation à grandir, personnellement ET collectivement.

“IL EST DIT QU’AUCUN ARBRE NE PEUT POUSSER JUSQU’AU PARADIS SANS PLONGER SES RACINES JUSQU’AUX PROFONDEURS DE L’ENFER”
– C.G. JUNG

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *